LE PLAN IMMOBILIER DIOCESAIN

 

faits & analyses

 

 

 

1ère partie : FAITS

 

 

Dans un premier temps, nous rappellerons la chronologie des faits tels qu’ils ont été rendus publics, puis nous les reprendrons pour chacun des sites et structures concernés.

 

 

 

CHRONOLOGIE

 

 

JANVIER 2005

 

LE SITE INTERNET DIOCESAIN (voir document) annonce que le 9 janvier 2005, lors de la cérémonie des vœux diocésains, l’Evêque a rendu public le Plan immobilier diocésain qui comporte la vente de 4 sites et le réaménagement de 3 autres :

 

Ventes :

-          Le séminaire Saint-Irénée (Sainte-Foy les Lyon).

-          L’ensemble immobilier 2 rue Jean Carriès (services diocésains) - place Saint-Jean (école catholique).

-          L’église et les locaux attenants de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière (Lyon 7ème).

-          Le terrain et l’immeuble du 300 avenue Jean Jaurès (Lyon 7ème).

 

Réaménagements :

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) destinée à accueillir l’Archevêché, le Séminaire, RCF.

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) destinée à accueillir l’ensemble des services diocésains,

-          La Maison Saint-Joseph (Francheville) destinée à accueillir les sessions de réflexion, formation, etc.

[1]

 

Parallèlement à ce Plan immobilier, une réorganisation des services et personnels est annoncée.

 

Le calendrier des opérations est précisé comme suit :

-          Les négociations pour la vente des 4 sites commencent en janvier 2005.

-          Les études préalables aux réaménagements des 3 sites courront toute l’année 2005.

-          Les travaux de réaménagement de ces sites commenceront au printemps 2006.

-          La fin des opérations est prévue en 2012.

 

 

LA PRESSE LOCALE rend compte de la conférence de presse donnée par l’Evêque diocésain à la suite de ces annonces et publie le chiffrage des opérations :

 

Ventes :

-          Le séminaire Saint-Irénée : le produit de la vente est estimé à 3,5 millions d’euros.

-          L’ensemble immobilier 2 rue Jean Carriès (services diocésains) - place Saint-Jean (école catholique) : le produit de la vente est estimé à 6 millions d’euros.

-          L’église et les locaux attenants de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière (Lyon 7ème) : le produit de la vente est estimé à 4,5 millions d’euros.

-          Le terrain et l’immeuble du 300 avenue Jean Jaurès (Lyon 7ème) : le produit de la vente est estimé à 1 million d’euros.

Le produit total de ces ventes est estimé à 15 millions d’euros.

 

Réaménagements :

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) : aucun chiffrage des coûts n’est donné.

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) : aucun chiffrage des coûts n’est donné.

-          La Maison Saint-Joseph (Francheville) : les coûts des travaux sont estimés à 7,5 millions d’euros.

La totalité des coûts de réaménagement est estimé à 19 millions d’euros.

 

L’écart négatif entre le produit des ventes et les coûts de réaménagement est estimé à 4 millions d’euros.

 

 

DECEMBRE 2005

 

LE SITE INTERNET DIOCESAIN (voir document) annonce que le 14 décembre 2005, au cours d’une conférence de presse, l’Evêque diocésain a fait le point sur l’avancée du Plan immobilier qui prend le nom de « Cap 2009 » (2009 semblant indiquer la date de fin des opérations) :

 

Ventes :

-          Le séminaire Saint-Irénée : le site deviendrait un centre de séminaires ou des logements ou bien un établissement à caractère sanitaire et social. « Début 2006 un compromis pourrait être signé ».

-          L’ensemble immobilier 2 rue Jean Carriès (services diocésains) - place Saint-Jean (école catholique) : les négociations sont en cours avec les Frères des Ecoles chrétiennes pour l’achat de l’ensemble, dont leur école occupe la partie sise place Saint-Jean. Est prévu un accord « dans les mois à venir ».

-          Le terrain et l’immeuble du 300 avenue Jean Jaurès (Lyon 7ème) sont vendus à Habitat & Humanisme.

-          L’église et les locaux attenants de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière (Lyon 7ème) : un permis de démolir l’église a été déposé par le diocèse pour faciliter la vente à l’un des acquéreurs potentiels qui construirait une nouvelle église mieux adaptée à son culte ; l’Evêque diocésain a décrété la suppression de la paroisse

 [2]

Réaménagements :

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) : les travaux commenceront en juin 2006 pour une durée de 2 ans (fin prévue en juin 2008).

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) : les travaux commenceront au premier trimestre 2007.

-          La Maison Saint-Joseph (Francheville) : les travaux commenceront en juin 2006 pour une durée de 2 ans (fin prévue en juin 2008).

 

Le coût total des ces réaménagements est supérieur à 20 millions d’euros que le produit des ventes ne pourra couvrir totalement : « le diocèse fera appel prochainement aux dons des catholiques ».

 

 

Dans un document de 5 pages intitulé « le Plan Directeur Immobilier pour le Diocèse de Lyon. Où en est-on ? Où va-t-on ? », les opérations sont décrites ainsi :

 

Ventes :

-          Le séminaire Saint-Irénée : un compromis de vente est prévu début 2006.

-          L’ensemble immobilier 2 rue Jean Carriès (services diocésains) - place Saint-Jean (école catholique) : un accord de vente est prévu « dans les mois à venir ».

-          L’église et les locaux attenants de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière (Lyon 7ème) : un permis de démolir l’église a été déposé pour augmenter de 50% le prix de vente.

-          Le terrain et l’immeuble du 300 avenue Jean Jaurès (Lyon 7ème) : un compromis de vente est prévu avec Habitat & Humanisme fin 2005.

 

Réaménagements :

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) sera Maison épiscopale (Archevêché), lieu de formation (Séminaire) et de rayonnement (RCF) : la démolition des parties vétustes est prévue pour mettre en valeur l’immeuble central de Soufflot ; les travaux commenceront au second semestre 2006 pour une durée de 18 à 20 mois (fin prévue vers septembre 2008).

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) : sont prévus un accès direct à la Chapelle des Chanoines de la Cathédrale, le réaménagement des cours intérieures ; les travaux commenceront au premier trimestre 2007 pour une durée de 18 mois (fin prévue en septembre 2008),

-          La Maison Saint-Joseph (Francheville) : les travaux commenceront en juin 2006 pour s’achever au dernier trimestre 2007.

 

En conséquence :

-          Les services diocésains sont regroupés sur 3 sites dénommés ainsi : Maison Saint-Irénée, Maison Saint-Jean Baptiste, Maison Saint-Joseph,

-          L’Archevêché quitte le bâtiment en location de Fourvière.

 

La conduite du projet « Cap 2009 » s’organise ainsi :

-          un Comité de pilotage de l’immobilier (COPIL)

+ supervisé par le Vicaire général modérateur des services sous l’autorité de l’Evêque diocésain,

               + animé par un laïc bénévole,

-          deux responsables diocésains :

+ le Vicaire épiscopal chargé des affaires économiques,

+ l’Econome diocésain, laïc salarié,

-          un suivi du projet sur chaque site par un laïc bénévole, en concertation avec les futurs utilisateurs,

-          deux laïcs bénévoles chargés des ventes,

-          une assistante, laïc salarié.

 

Les travaux s’étaleront de 2006 à 2009, conduits par 3 cabinets d’architecte.

La livraison est prévue en 2008 et 2009.

 

Le produit des ventes est estimé entre 15 et 19 millions d’euros, « la volonté est de vendre pour une utilisation conforme à l’éthique chrétienne et au prix du marché ».

Le coût des réaménagements est estimé entre 20 et 24 millions.

Les ressources supplémentaires nécessaires sont estimées à 5 millions d’euros sur 5 ans.

 

 

JANVIER 2006

 

LE SITE INTERNET DIOCESAIN (voir document) publie un communiqué le 19 janvier 2006 : « diverses informations à caractère parfois polémique ayant été diffusées ces dernières semaines par différents médias » au sujet du devenir du site de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière , l’Archevêché  rappelle que :

-          la suppression de la paroisse est effective depuis le 1er janvier 2006,

-          « l’église Sainte-Marie de la Guillotière n’étant pas inscrite à l’inventaire des monuments historiques, le diocèse a déposé, à titre conservatoire, une demande de permis de démolir auprès des autorités compétentes »

-          le diocèse souhaite vendre à une communauté chrétienne de rite catholique ou non,

-          l’Evêque diocésain a confié au Comité de pilotage de l’immobilier (COPIL) la conduite du projet « Cap 2009 »,

-          « restant à l’écoute de tous, l’Archevêché de Lyon continuera, dans un souci de clarté et de transparence, d’informer les catholiques et l’ensemble des Lyonnais de l’avancée de la réalisation de ce plan immobilier ».

 

 

JUIN 2006

 

Au CONSEIL PRESBYTERAL du 13 juin 2006 l’Evêque diocésain fait le point pour les prêtres :

 

Ventes :

-          Le séminaire Saint-Irénée : il existe 4 propositions de vente chiffrées entre 6 et 8 millions d’euros.

-          L’ensemble immobilier 2 rue Jean Carriès (services diocésains) - place Saint-Jean (école catholique) : il existe un bail avec les occupants jusqu’en 2014.

-          L’église et les locaux attenants de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière (Lyon 7ème) : le permis de démolir l’église a été retiré ; une école catholique achète le site et en conserve l’église.

-          Le terrain et l’immeuble du 300 avenue Jean Jaurès (Lyon 7ème) : la vente est faite.

 

Réaménagements :

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) : le projet de rénovation sera revu en raison de son coût trop élevé (10 millions d’euros).

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) : aucune information n’est donnée.

-          La Maison Saint-Joseph (Francheville) : les travaux commenceront en septembre 2006.

 

 

 

MARS 2007

 

Au CONSEIL PRESBYTERAL du 22 mars 2007, l’Evêque diocésain fait le point pour les prêtres :

 

Ventes :

-          Le séminaire Saint-Irénée : la vente se fait au prix du marché de l’immobilier.

-          L’ensemble immobilier 2 rue Jean Carriès (services diocésains) – place Saint-Jean (école catholique) : la situation est bloquée.

-          L’église et les locaux attenants de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière (Lyon 7ème) : c’est la Mairie de Lyon qui a proposé de vendre à l’école Sainte-Jeanne de Lestonac.

-          Le terrain et l’immeuble du 300 avenue Jean Jaurès (Lyon 7ème) : Habitat & Humanisme a acheté.

 

Réaménagements :

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) :

+ le projet de réaménagement est totalement abandonné,

+ le Séminaire ne s’installera pas sur ce site mais dans un nouveau site à acquérir : le Foyer Parcher place de Fourvière (Lyon 5ème), pour un coût de 10 millions d’euros (achat et restauration) dont 5 à la charge du diocèse : il y a eu mésentente entre l’équipe du Séminaire et le COPIL et entente des évêques concernés sur le nouveau projet, est-il précisé,

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) : il existe des problèmes avec les Bâtiments de France,

-          La Maison Saint-Joseph (Francheville) : les travaux se déroulent selon le calendrier prévu.

 

Ajouts :

-          Le site Sainte-Blandine est désormais inclus dans le Plan immobilier.

-          La construction d’une nouvelle église est prévue à Vaulx-en-Velin.

 

L’Evêque annonce que la société Lyonnais & Forez (voir fiche sociétés Lyonnais & Forez, Galys, Financière Apis) ne peut plus prendre à sa charge les biens des écoles catholiques dont elle est propriétaire.

 

 

LE JOURNAL LE PROGRES rend compte alors de ces modifications apportées au Plan immobilier diocésain :

 

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) : le projet de réaménagement est abandonné ; il y a possibilité de vente du site ; RCF reste sur le site pour les deux ans à venir.

-          L’Archevêché reste sur le site de Fourvière : son déménagement ne fait plus partie des priorités.

-          Le Séminaire s’installe au Foyer Parcher, propriété des religieuses de Jésus-Marie : son installation est prévue fin 2008.

 

 

 

JUIN 2007

 

LE SITE INTERNET DIOCESAIN (voir document) publie en juin 2007 un point d’information :

 

Ventes :

-          Le séminaire Saint-Irénée est vendu au Groupe Buildinvest pour accueillir une centaine d’appartements, « avec de nombreuses contraintes de conservation de l’aspect extérieur du bâtiment » ; l’acheteur venait de rendre lui-même public son achat par un communiqué du 20 juin 2007.

-          L’ensemble immobilier 2 rue Jean Carriès (services diocésains) - place Saint-Jean (école catholique) : les négociations se poursuivent « pour l’achat partiel ou total de l’ensemble immobilier ».

-          L’église et les locaux attenants de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière (Lyon 7ème) : une promesse de vente sera signée en septembre 2006 avec l’Association Sainte-Jeanne de Lestonac, qui conserve l’église, et installera ses écoles à la rentrée 2008,

-          Le terrain et l’immeuble du 300 avenue Jean Jaurès (Lyon 7ème) : l’acte de vente a été signé le 31 octobre 2006 avec Habitat & Humanisme.

 

Réaménagements :

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) : aucune information n’est donnée.

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) : le bâtiment étant en « secteur sauvegardé », le projet initial a dû être modifié ; les travaux commenceront s’achèveront en fait en 2009.

-          La Maison Saint-Joseph (Francheville) : les travaux commenceront le 1er décembre 2006 pour s’achever en septembre 2008.

 

Le coût des réaménagements est évalué entre 20 et 22 millions d’euros.

Le produit des 4 ventes est estimé entre 17 et 18 millions d’euros.

« L’écart sera de 3 à 5 millions d’euros. Il sera financé par des dons et legs et par des souscriptions auprès des diocésains » :

 

Il est annoncé que le Plan immobilier concerne désormais aussi deux autres projets :

-          ensemble immobilier de la paroisse Sainte-Blandine, situé 48-52 cours Charlemagne (Lyon 2ème) : étude-programme.

-          Vaulx-en-Velin : construction d’une église.

 

 

 

SEPTEMBRE 2007

 

LE JOURNAL LE PROGRES du 29 septembre 2007 publie un entretien avec l’Evêque diocésain à l’occasion du cinquième anniversaire de son installation. Entre autres, est fait le point sur le « plan immobilier devenu « Cap 2009 » qui a connu quelques zigzags » :

 

Ventes :

-          Le séminaire Saint-Irénée : il est vendu.

-          L’ensemble immobilier 2 rue Jean Carriès (services diocésains) – place Saint-Jean (école catholique) : « le projet n’est pas finalisé ».

-          L’église et locaux attenants de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière (Lyon 7ème) : le site est vendu pour devenir un lycée catholique.

-          Le terrain et l’immeuble du 300 avenue Jean Jaurès (Lyon 7è) : la vente a été faite à Habitat & Humanisme.

 

Réaménagements :

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) : le projet est abandonné et aucune décision n’est encore prise sur l’avenir du site.

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) : « le permis a été déposé depuis plus d’un an et il a fallu le retoucher ».

-          La Maison Saint-Joseph (Francheville) : le plan est respecté.

 

Ajout :

-          Le site de la paroisse Sainte-Blandine (Lyon 2ème) est appelé à devenir dans le cadre du projet urbain de La Confluence « un lieu attractif », avec l’accueil de certains services diocésains.

 

Dans cet entretien on apprend que les finances diocésaines ont été redressées : « quand je suis arrivé, nous avions en réserve 0,3% du budget annuel… nous avons fixé une gestion « en bon père de famille » pour avoir devant nous une fois et demi le budget ».

[3]

 

 

MAI 2008

 

LE SITE INTERNET DIOCESAIN (voir document) annonce en mai 2008 qu’une vente de mobiliers, livres, etc. aura lieu le 17 mai 2008 sur le site du Séminaire avant son déménagement.

 

 

 

JUIN 2008

 

LE SITE INTERNET DIOCESAIN (voir document) annonce en juin 2008 :

 

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) : les travaux débuteront au second semestre 2008 pour s’achever à l’été 2010.

-          Les services diocésains regroupés dans cet immeuble déménagent jusqu’en mai 2010 à la Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème).

 

 

 

JUILLET 2008

 

LE JOURNAL LE PROGRES du 1er juillet 2008 rend compte de propos de l’Evêque diocésain devant les prêtres :

 

Ventes :

-          Le Séminaire Saint-Irénée : le Séminaire quitte le site de Francheville à l’été 2008 pour aller au Foyer Parcher à Fourvière qui sera disponible, après travaux, en septembre 2009 ; il s’installe en attendant à la Maison Saint-Irénée.

-          L’ensemble immobilier 2 rue Jean Carriès (services diocésains) – place Saint-Jean (école catholique) : aucune information n’est donnée.

-          L’église et les locaux attenants de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière (Lyon 7ème) : le site est vendu pour devenir le lycée Jehanne de Lestonac.

-          Le terrain et l’immeuble du 300 avenue Jean Jaurès (Lyon 7ème) : aucune information n’est donnée.

 

Réaménagements :

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) accueille pour deux ans les services diocésains, pour un an le Séminaire, RCF demeurant sur place.

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) : les travaux commencent le 4 juillet 2008, les services diocésains déménagent à la Maison Saint-Irénée pour une durée de 2 ans.

-          La Maison Saint-Joseph (Francheville) : le plan est respecté et la réouverture est prévue le 15 septembre 2008.

 

Le Plan immobilier :

-          permet de réduire de moitié les ressources immobilières diocésaines, qui passent de 40 000m2 à 20 000 m2,

-          avec les 4 ventes prévues,

-          avec les réaménagements des 3 sites qui sont :

+ la Maison Saint-Joseph pour un coût de 10 millions  d’euros,

+ le Foyer Parcher (Fourvière),

+ la Maison Saint-Jean Baptiste,

-          avec la construction d’une église à Vaulx-en-Velin livrée au printemps 2011, pour un coût de 2,5 millions d’euros.

 

Le déficit de ces opérations est estimé à 5 millions d’euros.

 

 

LE JOURNAL LE PROGRES du 27 juillet 2008 annonce le début des travaux de construction d’une église et de salles paroissiales à Vaulx-en-Velin le 3 mai 2009.

 

 

 

SEPTEMBRE 2008

 

Le mensuel diocésain Eglise à Lyon fait le point sur l’état du Plan immobilier dont le calendrier est ainsi réécrit :

2002 :           analyse de l’existant

2003 :           études prospectives

2004 :           hypothèses de restructuration

2005 :           études techniques, négociations des ventes, lancement de Cap 2009

2006-2007 :   démarrage des travaux

2007-2010 :   réalisation des travaux

 

Réaménagements :

-          La Maison Saint-Jean Baptiste (6 avenue Adolphe Max, Lyon 5ème) : les travaux s’achèveront au 1er trimestre 2010.

 

Ajouts :

-          réaménagement intérieur de la cathédrale Saint-Jean,

-          rénovation de la maison natale du Curé d’Ars à dardilly,

-          restauration de l’église de La Sauvegarde de la Duchère (Lyon 9ème) après l’incendie de 2006,

-          création, face à l’église Sainte-Blandine (Lyon 2ème), d’un lieu pour accueillir les futurs résidents de la Confluence.

 

L’équipe Cap 2009 donne dans une édition spéciale des compléments d’information :

-          Les ressources affectées au Plan immobilier sont ainsi décrites : « donateurs, entreprises dans le cadre du mécénat, personnes désireuses de faire un legs pour participer au financement de l’un de ces projets ».

-          Le chantier du nouveau Séminaire a bénéficié d’un « appel spécifique ».

-          Le chantier de la Maison Saint Jean-Baptiste a commencé à l’été 2008 pour une durée de 18 mois (donc jusqu’en janvier 2010).

-          La construction de l’église à Vaulx-en-Velin s’achèvera en 2011.

-          La Maison Saint-Joseph ouvre en septembre 2008 après des « travaux de réhabilitation depuis18 mois » (le début aurait donc été en mars 2007).

 

 

La presse locale signale que :

-          La Maison Saint-Irénée, place Saint-Irénée (Lyon 5ème) accueille pour deux ans les services diocésains, pour un an le Séminaire, RCF demeurant sur place.

-          La Maison Saint-Joseph (Francheville) : sa réouverture est annoncée pour le 16 septembre 2008.

 

Dans son  édition dominicale du 28 septembre 2008, Le Progrès relate une rencontre des responsables associatifs utilisant les locaux du site de Sainte-Blandine avec le représentant du diocèse : les Bâtiments de France ont demandé la conservation de l’immeuble, dont la rénovation pourrait commencer fin 2009, « pour y installer, entre autres, des services diocésains et paroissiaux ».

 

 

 

 

 

 

LES SITES DIOCESAINS

 

 

 

LE SEMINAIRE SAINT-IRENEE (SAINTE-FOY LES LYON).

 

Le Séminaire Saint-Irénée fut construit en 1902-1903 grâce à des dons privés ; il est la propriété de la Société Civile Immobilière de Sainte-Foy-les-Lyon où siégent des donateurs. Le 14 novembre 1966 la SCI fait apport de ses parts à l’Association Diocésaine avec cette clause : le site doit servir à la formation des prêtres ou à une œuvre apostolique.

 

Dans le Plan immobilier de janvier 2005 le site est mis en vente, dont le produit est estimé par le Service des Affaires Economiques à 3,5 millions d’euros. En décembre de la même année, un compromis de vente est annoncé pour le début 2006 : le site deviendra un centre de colloques ou des logements ou bien une institution à caractère sanitaire et social. Puis il est dit que 4 propositions de vente ont été faites, dont le produit est estimé entre 6 et 8 millions d’euros, prix conforme à ceux du marché de l’immobilier, précise-t-on.

A la suite de la publication d’un communiqué du Groupe BuildInvest, est confirmé l’achat du site par ce groupe, sans préciser le montant de la transaction ni les conditions de vente, si ce n’est que le site comporte des contraintes extérieures dans son réaménagement.

 

En septembre 2008 le groupe Builinvest doit prendre possession du Séminaire qu’il met en vente depuis quelques mois sous le nom de « Résidence de Neuville ».

+ Ce sont une centaine d’appartements réhabilités « haut de gamme », qui vont du studio au 4 pièces avec duplex, commercialisés sous le régime fiscal des Monuments historiques, dont la livraison est prévue en janvier 2010.

+ Le prix moyen de vente du m2 est de 5 200 euros. Il faut compter 215 000 euros (106 600 d’achat + 108 650 de travaux) pour un studio, 565 000 (279 500 + 284 875) pour un 4 pièces.

(voir la description du programme).

Voici quelques-unes des offres consultables sur internet :

 IMMO.COM

 TROUVERUNLOGEMENTNEUF

 PRESTIGE&INVESTISSEMENT

 ICFIMMO

 GROUPESTRATEGIEPATRIMOINE.

+ La destination de la chapelle et de son mobilier (autel, baldaquin, stalles et orgue) n’a pas été rendue publique.

 

 

 

L’ENSEMBLE IMMOBILIER 2 RUE JEAN CARRIES - PLACE SAINT-JEAN

 

L’ilôt est constitué d’une façade (2 rue Jean Carriès) occupé par des services diocésains, de deux façades occupées par le Collège « Aux Lazaristes » des Frères des Ecoles Chrétiennes (cet ensemble a été construit entre les deux guerres pour le Petit Séminaire Saint-Jean) ; la dernière façade (place Edouard Commette) est un immeuble privé qui n’appartient pas au diocèse. Il y a aussi quelques appartements dans la propriété diocésaine.

 

Dans le Plan immobilier de janvier 2005 le site est mis en vente, dont le produit est estimé par le Service des Affaires Economiques à 6 millions d’euros. La vente aura lieu « dans les mois à venir » aux Frères des Ecoles Chrétiennes, est-il précisé en fin d’année. Mais en juin 2006 est annoncé qu’un bail de location avec les Frères des Ecoles Chrétiennes court jusqu’en 2014., puis que la situation est bloquée, ensuite que la négociation porte désormais sur « l’achat partiel ou total de l’ensemble immobilier ». En septembre 2007 le projet n’est toujours « pas finalisé ». A la rentrée scolaire 2008, le Collège demeure dans ses locaux, ainsi que les services diocésains dans l’attente de rejoindre la Maison Saint-Jean Baptiste en juin 2010.

 

 

 

L’EGLISE ET LES LOCAUX ATTENANTS DE LA PAROISSE SAINTE-MARIE DE LA GUILLOTIERE (LYON 7EME)

 

En 1952, est érigée la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière. Son église est construite grâce à des dons privés puis donnée à l’Association Diocésaine. Elle est bénie le 4 mai 1958 par Mgr Marella, Nonce apostolique en France. A la fin des années 70, existe un projet de transformer la paroisse en « paroisse étudiante », avec résidence des aumôniers, salles de réunion... Au début des années 90, les locaux abritent l’aumônerie des étudiants, le mouvement Pax Christi, le Groupe de Réflexion et de Prospective Pastorale et Missionnaire du diocèse (avec le P.André Laforge), les « Recommençants » et les « Communautés de foi » (avec le P.Henri Bourgeois). Un projet commun à ces diverses structures est envisagé qui ne verra pas le jour. D’autres services rejoignent le site (Antenne sociale, Incroyance et Foi). A cette époque c’est aussi le siège de l’Archidiaconé Lyon qui a quitté l’Archevêché de Fourvière. En 2000, la paroisse est regroupée avec d’autres pour former l'ensemble paroissial de la Guillotière, centré sur l'église Notre Dame Saint-Louis.

 

Dans le Plan immobilier de janvier 2005 le site est mis en vente, dont le produit est estimé par le Service des Affaires Economiques à 4,5 millions d’euros. Des négociations sont en cours avec deux communautés chrétiennes ; la démolition de l’église permettant d’augmenter le prix de vente de 50%, un permis de démolir est déposé par le diocèse ; la suppression de la paroisse est décrétée ; elle est effective le 1er janvier 2006 ; il est rappelé que le diocèse souhaite vendre le site à une communauté chrétienne, de rite catholique ou non. La presse locale annonce alors qu’une école catholique achètera le site et en conservera l’église, et que l’idée vient de la Mairie de Lyon. Le diocèse confirme que c’est bien la Mairie de Lyon qui a proposé la vente à l’Association Sainte-Jehanne de Lestonac. En juin 2006, le permis de démolir est retiré. En septembre 2008, l’église est conservée et des travaux en cours. L’orgue, construit dans les années 1970, a été transféré dans l’église Sainte-Thérèse de Villeurbanne.

 

 

 

LE TERRAIN ET L’IMMEUBLE DU 300 AVENUE JEAN JAURES (LYON 7EME).

 

Dans le Plan immobilier de janvier 2005, le site est mis en vente, dont le produit est estimé par le Service des Affaires Economiques à 1 million d’euros. Un compromis de vente avec Habitat et Humanisme est annoncé pour fin 2005. En juin 2007, on apprend que la signature de la vente a eu lieu le 31 octobre 2006. En septembre 2008, la Foncière Habitat et Humanisme, propriétaire des lieux, fait effectuer des travaux, selon le permis de construire déposé le 21 décembre 2007.

 

 

 

LA MAISON SAINT-IRENEE, PLACE SAINT-IRENEE (LYON 5EME).

 

Cet ensemble (terrain et immeubles) est la propriété des Sœurs du Bon Pasteur. La partie centrale du bâtiment, composée de l’immeuble Soufflot et d’une aile plus récente est achetée par l’Association de la Maison Saint-Irénée, créée à cet effet, qui la cède par la suite à l’Association Diocésaine. Y sont logés des prêtres (prêtres âgés, enseignants…), les bureaux de services diocésains et de mouvements, les services et studios de Radio Fourvière devenue RCF ; il y eut un temps un Foyer de jeunes dépendant du service diocésain des vocations (Maison Jean-Marie Vianney) ; des salles sont louées ou prêtées à des associations, etc.

 

Il y a quatre chapelles formant une croix, qui représentent les quatre composantes de l’œuvre de cette congrégation : les religieuses cloîtrées, les religieuses éducatrices, les jeunes filles pensionnaires, le public des bienfaiteurs. Ces chapelles servent au culte catholique et au culte orthodoxe.

 

Les religieuses conservent pour leur usage le bâtiment d’entrée et le cloître jouxtant les chapelles, ainsi que la Maison dite de « Sœur Rose » sur le flan opposé des chapelles, maison inoccupée.

 

Dans le Plan immobilier de janvier 2005, le site est destiné à accueillir l’Archevêché (logements des évêques, bureaux, chancellerie, etc.), le Séminaire interdiocésain et RCF qui demeure sur place. Les occupants, prêtres résidents et bureaux, doivent quitter les lieux avant décembre 2005. Les travaux de réaménagement ne sont pas chiffrés ;  ils sont prévus pour début 2006, puis de juin 2006 à septembre 2008 ; ils comporteront la démolition des parties vétustes et la réhabilitation de l’immeuble Soufflot. Mais en juin 2006 on apprend que le coût des travaux, estimé à 10 millions d’euros, est jugé trop élevé et que le projet doit être revu à la baisse. Puis en mars 2007 il est annoncé que le projet de réaménagement du site est définitivement abandonné, que RCF demeure sur place, que l’Archevêché demeure à Fourvière ; on évoque une possibilité de vente du site. On confirme en septembre 2007 qu’aucune décision n’est encore prise pour l’avenir du site. C’est en juin 2008 que l’on apprend que le site accueillera les services diocésains durant les travaux de la Maison Saint-Jean Baptiste jusqu’en 2010, et en juillet 2008 qu’il accueillera en plus le Séminaire jusqu’en septembre 2009, le temps d’aménager le Foyer Parcher de Fourvière, RCF demeurant sur place. En septembre 2008, les emménagements provisoires ont eu lieu.

 

 

 

LA MAISON SAINT-JEAN BAPTISTE (6 AVENUE ADOLPHE MAX, LYON 5EME)

 

C’est un immeuble du XVIIIème siècle proche de la Cathédrale, acheté par le Syndicat Ecclésiastique qui le cèdera par la suite à l’Association Diocésaine. Progressivement les anciens locataires déménagent et, à part un rez-de-chaussée loué à un organisme bancaire, l’ensemble est désormais occupé par des services diocésains, des mouvements et quelques logements de fonction. Il existe des liaisons avec la Cathédrale, dont celle du rez-de-chaussée est couramment utilisée. Une ouverture en rez-de-chaussée existait autrefois pour l’accès aux services sociaux catholiques (place Edouard Commette).

 

Dans le Plan immobilier de janvier 2005, les travaux de réaménagement du site ne sont pas chiffrés ; ils sont prévus pour janvier 2006, puis pour début 2007 jusqu’à septembre 2008, avec un aménagement de la cour intérieure. Mais on apprend en mars 2007 qu’il existe un problème avec les « Bâtiments de France », puis en juin 2007 que, le bâti étant en « secteur sauvegardé », le projet doit être revu et que les travaux ne s’achèveront qu’en 2009, puis en septembre 2007 que le permis de construire a du être modifié, enfin en juin 2008 que les travaux commenceront au second semestre 2008, plus précisément le 4 juillet, pour s’achever à l’été 2010. En septembre 2008, l’ensemble des services et mouvements ont quitté les lieux pour laisser place au chantier de rénovation du site jusqu’en janvier ou juin 2010 selon les sources. Le panneau de chantier informe que l’Association Diocésaine est maître d’ouvrage d’un chantier dont la fin est prévue en août 2010. L’Association diocésaine se fait assister d’un Cabinet pour la maîtrise d’ouvrage.

 

 

 

LA MAISON SAINT-JOSEPH (FRANCHEVILLE)

 

Construit en 1926-1928 pour devenir le Séminaire de philosophie du diocèse de Lyon, le bâtiment est la propriété du Syndicat ecclésiastique de Lyon jusqu’à sa cession en novembre 1966 à l’Association Diocésaine de Lyon. En 1970 il devient la maison diocésaine d’accueil en remplacement de celle de La Rivette (Caluire).

 

Dans le Plan immobilier de janvier 2005, le coût de la mise aux normes du site est estimé par le Service des Affaires Economiques à 7,5 millions d’euros. Les travaux sont prévus de juin 2006 à juin 2008 (selon la conférence de presse de décembre 2005), à partir du dernier trimestre 2006 (selon le dépliant du Service des Affaires Economiques édité le même mois). En juin 2006 on annonce que les travaux commenceront en septembre 2006. Le calendrier des travaux est respecté, confirme-t-on en mars 2007. En juin 2007 on précise les travaux ont commencé en décembre 2006 et s'achèveront bien en septembre 2008. La réouverture de la maison aura lieu le 15 septembre 2008 ; le coût des travaux sera de 10 millions d’euros, apprend-on en juillet 2008. Le panneau de chantier informe que, l’Association Diocésaine étant propriétaire, une SCI Saint-Joseph a été constituée pour la maîtrise d’ouvrage. La maison réhabilitée ouvrira ses portes en septembre 2008, comme prévu, sous le nom de « Domaine Lyon Saint-Joseph ».

 

 

 

SAINTE-BLANDINE (LYON 2ème)

 

Derrière les voûtes de Perrache l’Association Diocésaine est propriétaire de terrains et d’immeubles mis à la disposition de la paroisse Sainte-Blandine. Ce site n’est pas retenu dans l’élaboration du Plan Immobilier.

 

En juin 2007 on annonce une étude-programme concernant le site. On précise, en septembre 2007, que le site pourrait accueillir des services diocésains dans un quartier de Lyon appelé à devenir un « lieu attractif », en septembre 2008 que ce site est destiné aux futurs résidents de La Confluence, mais aussi, entre autres, à des services diocésains et paroissiaux.

 

 

 

VAULX-EN-VELIN

 

Une église a été détruite en 2002 dans le quartier des Planches. A proximité, un nouveau quartier est appelé à voir le jour : celui du Carré de la Soie.

 

En juin 2007 est annoncée la construction d’une nouvelle église dans ce quartier. Un an plus tard, en juillet 2008, on précise que les travaux s’achèveront en 2011, puis que les travaux commenceront le 3 mai 2009, pour un coût estimé par le Service des Affaires Economique de 2,5 millions. En septembre 2008 a lieu l’exposition de la maquette de la future église Saint-Thomas.

 

 

 

 

 

LES STRUCTURES PASTORALES

 

 

 

ARCHEVECHE

 

Pour héberger l’Archevêché après son départ du Palais Saint-Jean au début du XXème siècle, le diocèse loue un bâtiment et ses jardins dans une propriété des religieuses de Jésus-Marie à Fourvière. D’abord à titre gracieux, moyennant des travaux d’entretien du bâti, cette location devient par la suite onéreuse. Le bâtiment abrite le logement des évêques, leurs lieux de travail et leurs secrétariats, les services des prêtres et religieux, la chancellerie, les archives, etc. Le Service de la communication y fut domicilié à ses débuts, ainsi que Radio Fourvière. En 2003 le Service des Affaires Economiques le quitte pour rejoindre les autres services au 6 avenue Adolphe Max.

 

Dans le Plan immobilier de janvier 2005, est annoncé le déménagement de l’Archevêché (logement, secrétariats, services et archives) à la Maison Saint-Irénée. Mais en mars 2007 on annonce que l’Archevêché reste pour le moment à Fourvière et que son déménagement n’est plus dans les priorités du Plan. En septembre 2008, l’Archevêché demeure toujours à Fourvière et des travaux de réfection intérieure ont été entrepris.

 

 

 

SEMINAIRE

 

Le Séminaire interdiocésain Saint-Irénée accueille depuis 2003 les séminaristes du Séminaire Universitaire, propriété des Facultés catholiques de Lyon.

 

Dans le Plan immobilier de janvier 2005, est annoncé son déménagement à la Maison Saint-Irénée. Mais en mars 2007 on annonce que, devant les difficultés rencontrées avec le Comité de pilotage, l’équipe professorale, avec l’accord des évêques concernés, préfèrent ne pas rejoindre la Maison Saint-Irénée mais le Foyer Parchet, à Fourvière, propriété des religieuses de Jésus-Marie. Une structure interdiocésaine est prévue pour l’achat et la gestion de ce bien. Le coût de l’achat et des travaux est estimé à 10 millions d’euros, dont 6 à la charge du diocèse. En mai 2008 est annoncée une vente aux enchères de mobiliers et de livres du Séminaire juste avant son déménagement. Deux mois plus tard on apprend que les travaux d’aménagement du Foyer Parchet ne seront pas achevés à temps et que le Séminaire doit temporairement déménager à la Maison Saint-Irénée, aux côtés des services diocésains et de RCF. Son emménagement à Fourvière est programmé pour septembre 2009. En septembre 2008, le Séminaire doit emménager pour une année à la Maison diocésaine Saint-Irénée, le temps des travaux sur le site de Fourvière, dont l’ouverture est annoncée pour fin 2009.

 

 

 

SERVICES DIOCESAINS

 

Le Syndicat ecclésiastique achète le bâtiment du 6 de l’avenue Adolphe Max pour y implanter la Direction des Oeuvres auparavant située rue Mulet. Puis au fur et à mesure de la libération des lieux par leur occupants (logement et bureaux), le bâtiment accueille des services diocésains et des mouvements.

 

En janvier 2005 une réorganisation des services diocésains est annoncée en même temps que le Plan immobilier. Dans l’année 2005 est annoncé un regroupement des services par pôle avec un coordinateur chacun ; il y aura 3 pôles : « annoncer », « célébrer », « servir ». On apprend en décembre de cette même année qu’au sein du Service des Affaires Economiques est constitué un Comité de pilotage (COPIL) pour conduire le Plan immobilier qui prend le nom de « Cap 2009 » ; ce comité est supervisé par le Vicaire général modérateur des services, animé par un laïc bénévole, avec deux responsables diocésains (le Vicaire épiscopal chargé des affaires économiques et l’Econome diocésain laïc salarié) ; le réaménagement des trois sites est suivi chacun par un laïc bénévole, en relation avec leurs utilisateurs ; 2 laïcs bénévoles suivent les 4 ventes ; une salariée laïque est embauchée comme assistante. Le COPIL prépare les documents administratifs et financiers, coordonne l’activité des trois cabinets d’architectes, organise la communication écrite (dépliant…),  informatique (site internet), orale (conférences de presse de l’Evêque diocésain). Devant certaines critiques parues dans la presse, en janvier 2006 l’Archevêché confirme que ce comité pilote le Plan Immobilier avec la confiance de l’Evêque. Pourtant en mars 2007 les modifications apportées au Plan immobilier ne sont pas annoncées par le COPIL mais par l’Evêque au Conseil presbytéral, ainsi que le projet du site Sainte-Blandine destiné à accueillir des services diocésains. En septembre 2008 les services diocésains emménagent pour deux ans à la Maison diocésaine Saint-Irénée, le temps des travaux à la Maison Saint-Jean Baptiste dont la fin est prévue en août 2010.

 

 

 

RCF

 

Radio Fourvière occupa divers lieux depuis sa fondation : Maison Saint-Joseph, Archevêché… Puis la radio diocésaine et la structure nationale de RCF s’implantent dans la Maison Saint-Irénée nouvellement acquise.

 

Dans le Plan immobilier de 2005, RCF demeure en place. Après l’abandon du projet de la Maison Saint-Irénée, diverses hypothèses sont évoquées pour l’héberger : Sainte-Blandine, rue Jean Carriès, l’Archevêché actuel…

 

 

 

OFFICIALITE ET STUDIUM CANONIQUE

 

L’Officialité et le Studium canonique, structures interdiocésaines, occupent deux niveaux du site 2 rue Jean Carriès.

 

Tous deux ont été oubliés dans le Plan immobilier de 2005. Diverses solutions sont évoquées par la suite qui ne font pas l’objet d’informations particulières.

 

 

 

COUTS et DELAIS

 

Voici un tableau des données générales du plan immobilier :

 

en millions d’euros

Janvier 2005

Décembre 2005

Juin 2007

Juillet 2008

Produit total des ventes

15

15-19

17-18

 

Coût total des travaux

19

20-24

20-22

 

Déficit total

 4

5

3-5

5

Début des travaux

2006

2006

 

 

Fin des travaux

2012

 

 

2010

 

 

En juin 2007,

- il n’est pas dit si dans la nouvelle estimation du coût des travaux ont été inclus ou non ceux de l’étude-programme concernant le site Sainte-Blandine et de la construction d’une église à Vaulx-en-Velin qui viennent juste d’être annoncées,

- il est prévu que le déficit soit couvert par des dons et legs et une souscription diocésaine.

 

En septembre 2007,

- les « réserves » sont estimées à 1,5% du budget annuel, alors qu’elles étaient de 0,3% en 2002 (pour le calcul des réserves voir Livre blanc sur les finances du diocèse de Lyon, 1992).

 

En juillet 2008,

- le coût de la construction de l’église à Vaulx-en-Velin est estimé à 2,5 millions d’euros,

- à la réalisation finale de ce Plan, la surface des ressources immobilières diocésaines sera réduite de moitié (de 40 000 m2 à 20 000 m2), 4 sites auront été vendus et 3 autres réaménagés : Maison Saint-Joseph, Maison Saint-Jean et le Foyer Parcher qui n’était pas dans le Plan initial.

 

 

 

mise en ligne le 25 octobre 2008

 

 

 



[1] « La Maison épiscopale occupera ainsi un site emblématique, à proximité du tombeau de Saint Irénée ». Les services diocésains sont alors dispersés sur plusieurs sites.

[2] Il est précisé que pour le site de Sainte-Marie, « la conservation de l’église entraînerait une moins-value de 50% ».

[3] Ces chiffres, ainsi que ceux de différentes évaluations des charges de personnel, ayant étonné certaines personnes, des précisions sont nécessaires (voir Libre blanc sur les finances du diocèse de Lyon paru en 1992 et d’autres données dans la 2ème partie Analyses).

 

 

 

 

Decourt Georges, octobre 2008