La notion de Santé

 

 

 

Bref historique

 

On peut dire que la santé se définit d’abord négativement comme l’absence de maladie.

 

Au XVIIème siècle apparaissent les termes de « troubles », de « vapeurs », pour indiquer non pas une maladie mais une indisposition.

 

Au XIXème siècle,

-          avec l’essor industriel émerge la notion d’accident du travail,

-          avec le courant hygiéniste, on se préoccupe

o       des conditions de logement et d’urbanisme,

o       de l’hygiène corporelle des individus,

o       de l’hygiène sociale (moral, comportement…),

-          se forme ainsi l’idée de prévention de la maladie par l’hygiène, la vaccination, l’alimentation, et.

 

Au XXème siècle,

-          avec le progrès scientifique on cherche à remédier aux maux par la chirurgie, la chimie, ou par des médecines naturelles ou alternatives,

-          à partir de 1945 émerge la notion de droit de l’Homme au bien-être physique, mental et social.

 

 

Se mettent alors en place des systèmes de soins dits « primaires », auxquels devraient avoir accès tous les êtres humains, de la naissance à leur mort. Ils sont constitués par :

-          l’éducation,

-          l’hygiène (eau potable, assainissement, nutrition),

-          la planification (politique familiale, « protection maternelle infantile »),

-          la vaccination systématique,

-          les médicaments dits « essentiels ».

 

 

 

Définition de la Santé par l’O.M.S.

 

Préambule à la constitution de l'Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.)

22 Juillet 1946

 

 

Les Etats parties à cette Constitution déclarent, en accord avec la Charte des Nations Unies, que les principes suivants sont à la base du bonheur des peuples, de leurs relations harmonieuses et de leur sécurité :

 

La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.

 

La possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale.

 

La santé de tous les peuples est une condition fondamentale de la paix du monde et de la sécurité ; elle dépend de la coopération la plus étroite des individus et des Etats.

 

Les résultats atteints par chaque Etat dans l'amélioration et la protection de la santé sont précieux pour tous.

 

L'inégalité des divers pays en ce qui concerne l'amélioration de la santé et la lutte contre les maladies, en particulier les maladies transmissibles, est un péril pour tous.

Le développement sain de l'enfant est d'une importance fondamentale ; l'aptitude à vivre en harmonie avec un milieu en pleine transformation est essentielle à ce développement.

 

L'admission de tous les peuples au bénéfice des connaissances acquises par les sciences médicales, psychologiques et apparentées est essentielle pour atteindre le plus haut degré de santé.

 

Une opinion publique éclairée et une coopération active de la part du public sont d'une importance capitale pour l'amélioration de la santé des populations.

 

Les gouvernements ont la responsabilité de la santé de leurs peuples; ils ne peuvent y faire face qu'en prenant les mesures sanitaires et sociales appropriées.

Acceptant ces principes, dans le but de coopérer entre elles et avec tous autres pour améliorer et protéger la santé de tous les peuples, les parties contractantes acquiescent à ladite Constitution et établissent par les présentes l'Organisation Mondiale de la Santé comme une institution spécialisée aux termes de l'article 57 de la Charte des Nations-Unies.

 

Texte complet de la Constitution de l’O.M.S.

http://www.who.int/governance/eb/who_constitution_fr.pdf

 

Site de l’O.M.S.

http://www.who.int/fr/index.html