Conditions et contraintes d’utilisation d’instruments de gestion par un organisme de tutelle :

la relation Caisses d’Allocations Familiales – Centres Sociaux

dans la gestion de l’action sociale locale

 

pour le

Ministère de la Recherche et de la Technologie

département Homme, Travail et Technologies

1995

 

référencé dans le fonds INIST du CNRS

 

 

Cette étude s'inscrit dans les programmes de recherche sur la modernisation des services publics français. Elle s'intéresse aux instruments de gestion du service public à caractère social, service qui diffère sensiblement des autres services publics. En effet, depuis de nombreuses années, la gestion de l'action sociale locale est conduite conjointement par les Caisses d'Allocations Familiales (CAF) et les Centres sociaux de quartier. Elle a connu diverses réformes inspirées, entre autres, du management moderne des entreprises avec, par exemple, l'obligation faite aux Centres sociaux de définir un projet d'action pour être agréés et financés par la Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF).

 

Notre Centre d'études, Economie & Humanisme, a été amené à travailler dans le cadre de cette procédure "projet-évaluation-agrément", lorsque celle-ci est passée de la compétence de la CNAF à celle des CAF locales. Nous avons assisté des Centres sociaux dans l'élaboration de leur projet et assuré des formations à leur évaluation à la demande des CAF de la Région Rhône-Alpes et de la Fédération Régionale des Centres sociaux.

 

A cette occasion, nous avons constaté que la fonction stratégique assignée à cette démarche était peu ou mal remplie et nous avons cherché à en connaître les raisons. L'élaboration d'un projet devrait permettre aux responsables d'un Centre social de définir une stratégie pertinente et cohérente pour leur quartier. En fait, cet exercice apparaît très fortement déterminé en fonction des attentes de la CAF, organisme de tutelle, c'est-à-dire de ses orientations propres et des missions d'un Centre social dont elle est institutionnellement garante.

 

Une stratégie s'élabore principalement en tenant compte de quatre composantes :

- les finalités et les buts de l'organisme (ce qu'il veut faire),

- les contraintes et les opportunités de son environnement (ce qu'il devrait faire),

- ses ressources propres (ce qu'il peut faire),

- les obligations légales et les pressions qu'il supporte (ce qu'il est autorisé à faire).

 

Lorsque ce qu'un Centre social est autorisé à faire (ses missions reconnues et les orientations de la CAF de tutelle) devient l'élément dominant dans la définition de sa stratégie (son projet), on est en droit de s'interroger sur la fonction véritable de cette procédure.

 

C'est pourquoi au cours de ce travail, en nous intéressant aux procédures et outils de gestion qui structurent la relation CAF/Centres sociaux et lui permettent de se maintenir de manière cohérente dans un environnement qui évolue, nous analyserons les conditions d'élaboration de ces outils, les apprentissages qu'ils nécessitent, ainsi que sur les usages sociaux et politiques qu'en font les acteurs impliqués dans l'action sociale locale menée conjointement par les Centres sociaux et leur CAF de tutelle.

 

Nous verrons alors que d'autres procédures ou outils de gestion, structurant la relation entre une CAF et un Centre social, répondent eux aussi, dans la pratique, à des fonctions différentes de celles qui leur étaient au départ assignées.

 

Dans le premier chapitre, nous essaierons de comprendre comment se sont mis en place des instruments de gestion à travers une rapide analyse historique, rassemblant quelques textes fondateurs de la relation CAF/Centres sociaux.

 

Dans le deuxième chapitre, nous montrerons comment cette relation se structure, en nous appuyant sur l'analyse des représentations induites dans ces instruments de gestion et sur l'analyse des systèmes. Nous expliquerons comment notre hypothèse de départ s'est modifiée en mettant à jour les fonctions actuelles des instruments de gestion au sein de ce que nous considérons comme un système: la relation entre une Caisse d'Allocations Familiales (CAF) et un Centre social de quartier.

 

Les conditions et les contraintes d'utilisation des instruments de gestion dépendent des fonctions qui leur sont de fait assignées au sein du système CAF/Centre social dans les différentes phases de son évolution par rapport aux changements de son environnement.

 

Dans le troisième chapitre, nous vérifierons la justesse de cette hypothèse par l'enquête que nous avons menée auprès de Centres sociaux de l'arrondissement de la CAF de Lyon, d'une part en décrivant l'usage de ces instruments de gestion, d'autre part en identifiant quelques problèmes d'ordre organisationnel et juridique que soulève la situation actuelle de ces Centres sociaux.

 

Dans le quatrième chapitre, flous ferons appel à la Théorie de l'Agence pour mieux comprendre le fonctionnement de la gestion associative de l'action sociale de quartier et pour formuler des propositions de solution aux dysfonctionnements que nous avons constatés.

 

 

 

Sommaire

 

Chapitre 1. Analyse historique

 

1 - La gestion de l'action sociale de quartier

 

2 - La modernisation de la gestion CAF/Centres sociaux

2.1 - La responsabilisation des agents

2.2 - La gestion des ressources humaines

2.3 - Le service des usagers

2.4 - L'évaluation

 

Chapitre 2. Analyse de la relation CAF/Centres sociaux

 

1 - Les références théoriques

1.1 - Le système CAF/Centres sociaux

1.2 - Les représentations induites

 

2- Les instruments de gestion du système CAF/Centres sociaux

2.1 - La procédure "projet-agrément-évaluation"

2.2 - La mise à disposition de personnel

2.3 - Le "système des référents"

2.4 - Les tableaux de bord de gestion

 

3 - Hypothèse

3.1 - Contrôle de l'application des politiques sociales

3.2 - Stratégie des institutions

3.3 - Pilotage de l'action sociale

3.4 - Régulation des différences

 

Chapitre 3. Enquête

 

1 - Les instruments de gestion

1.1 - La procédure "projet-contrat d'agrément-évaluation"

1.2 - La mise à disposition de personnels et le système référents-CAFAL

1.3 - Plan comptable et tableaux de bord

 

2 - Problèmes organisationnels

2.1 - De la gestion directe à la gestion associative

2.2 - De la gestion associée au multipartenariat

2.3 - Situation paradoxale

 

3 - Problèmes juridiques

3.1 - Les sources des problèmes juridiques

3.2 - Les nouvelles dispositions légales

3.3 - Deux problèmes juridiques

 

Chapitre 4. Théorie de l'Agence

 

1 - Théorie positive

1.1 - Conditions

1.2 - Fonctions

 

2 - Théorie normative

2.1 - Règles de fonctionnement

2.2 - Coûts d'agence

2.3 - Contrat incitatif

 

3 - Point de vue critique

3.1 - Apports de la Théorie positive de l'Agence

3.2 - Apports de la Théorie normative de l'Agence

 

 

 

Bibliographie

 

 

BAROUCH Gilles, 1989, La décision en miettes. Systèmes de pensée et d'action à l'oeuvre dans la gestion des milieux naturels, Paris, L'Harmattan.

 

BERNARD BRUNHES CONSULTANTS, 1990, Négocier la modernisation ou moderniser la négociation ?, ronéotypé.

 

BERRY Michel, 1983, Une Technologie invisible ? L'impact des instruments de gestion sur l'évolution des systèmes humains, Paris, C.R.G.

 

BERRY Michel, 1984, Logique de la connaissance et logique de l'action, Université de Laval Québec.

 

BLOCH LAINE François, 1994, Les Associations de service social et leurs "spécificités méritoires", Revue des Etudes Coopératives Mutualistes et Associatives, n° 251, p. 61-72.

 

BOUL TE Patrick, 1991, Le Diagnostic des organisations appliqué aux associations, Paris, PUF.

 

BRESSON Maryse, CHATE Anne, 1994, Les Rapports privé/public dans le domaine de l'aide aux pauvres, Cahier de Sociologie Economique et Culturelle, n° 21, p. 9-110.

 

BROUSSEAUX Eric, 1993, L'Economie des contrats, technologies de l'information et coordination des entreprises, Paris, PUF .

 

BUI Corinne, GEFFROY Yves, C.E.R.C., La Productivité globale dans les services publics,. Mesurer pour décider, Paris, La Documentation Française.

 

C.A.F. de LYON (CAFAL), 1990, séminaire de Biarritz, CAF-Centres sociaux.

 

C.A.F. de LYON (CAFAL), 1992, Vers une dynamique fonctionnelle et relationnelle entre les Centres sociaux à personnel CAFAL, la Division des Centres sociaux, la Sous-direction de l'Action sociale.

 

C.A.F. de LYON (CAFAL), 1994, Les centres sociaux vecteurs essentiels d'une action sociale de proximité.

 

CAPRON Michel, 1993, La Comptabilité en perspective, Paris, La Découverte.

 

CERUTTI Olivier, GATTINO Bruno, 1992, Indicateurs et tableaux de bord, Paris, AFNOR.

 

CHARBIT Françoise, CHARVE Florence, MIDLER Christophe, 1992, L'Apprentissage organisationnel, Paris, Cahiers C.R.G. n° 9.

 

CHARREAUX Gérard, 1987, La Théorie positive de l'agence : une synthèse de la littérature, in CHARREAUX, alii, De Nouvelles théories pour gérer l'entreprise, Paris, Economica, p. 19­45.

 

CHARREAUX Gérard, 1991-a, Un Prolongement de la théorie de l'agence : la théorie des transactions informelles, Problèmes Economiques, n° 2.223, p. 15-24.

 

CHARREAUX Gérard, 1991-b, Structures de propriété, relation d'agence et performance financière, Revue Economique, vol. 42, n° 3, p. 521-552.

 

CHAUVIERE Michel, GODBOUT Jacques T., allii , 1992, Les Usagers entre marché et citoyenneté, Paris, L'Harmattan.

 

CHERGÉ Hilaire (de), 1992, Servir et gérer dans le domaine socio-sanitaire. Comment les professionnels de la prise en charge apprennent-ils à rendre des comptes ?, Paris, C.R.G.

 

CHIAPELLO Eve, DELMOND Marie Hélène, 1994, Les Tableaux de bord de gestion, outils d'introduction au changement, Revue Française de Gestion, n° 97, p. 49-58.

 

C.N.A.F., circulaire du 31/12/1984, Agrément des Centres sociaux.

 

C.N.A.F., circulaire du 10/06/1987, Orientations 1987-1989.

 

C.N.A.F ., lettre n° 3705, 06/08/1987, Agrément des Centres sociaux.

 

C.N.A.F., circulaire du 01/10/1991, Orientations 1991-1992.

 

C.N.A.F., lettre n° 24, du juillet 1992, Les Centres sociaux et les CAF.

 

C.N.A.F., circulaire du 15/12/1992, Orientations 1993-1994.

 

Conseil Economique et Social, Exercice et développement de la vie associative dans le cadre de la loi du 1er juillet 1901, avis adopté au cours de la séance du 24/02/1993.

 

COURTOIS Guy, 1991, La Théorie de l'agence appliquée aux associations, Revue des Etudes Coopératives Mutualistes et Associatives, n° 40, p. 39-43.

 

CROZIER Michel, FRIEDBERG Erhard, 1992, L'Acteur et le système, Paris, Seuil, 1ère éd. 1977.

 

CROZIER Pierre, PETITBON Frédéric, 1993, Fonctionnaire au quotidien. Les nouvelles pratiques des cadres de l'administration, Paris, éd. Organisation.

 

DERIES Béatrice, 1992, Les Centres sociaux, pôles de création de services de proximité: un enjeu pour le développement local ? Une démarche d'évaluation dynamique, Université Lyon 2.

 

ECHARD Serge, 1992, Les Tableaux de bord : danger ! Méthodes et outils, Paris, E.S.F .

 

Economie et Humanisme, BLANCHER Philippe, 1990, L'évaluation de l'action des Centres sociaux, CAF Rhône-Alpes, FRCS Rhône-Alpes.

 

Economie et Humanisme, BLANCHER Philippe, 1990-1992, Mise au point d'une démarche d'expertise associative, URIOPSS Rhône-Alpes.

 

Economie et Humanisme, revue n° 322, Pour des quartiers citoyens, avec le Comité National de Liaison des Régies de Quartier, juillet-septembre 1992.

 

Economie et Humanisme, BERTHET V ., DERIES B., PAQUIET P ., 1993, Evaluation dynamique du programme de soutien aux Centres sociaux dans la création de services de proximité (1990-1993), Fédération Nationale des Centres Sociaux.

 

Economie et Humanisme, BERTHET V., DERIES B., PAQUIET P., 1994, Evaluation du programme Services de proximité, Centres sociaux de Bron-Parilly, Givors, Villeurbanne Cusset, Arbent, Saint-Priest La Carnière.

 

Economie et Humanisme, DIEPPEDALLE D., PAQUIET P., 1994, Régie-patron, Régie-service, Régie-association : quelle dynamique pour les habitants du quartier ?

 

GERNY, colI., 1990, Principes et mise en place du tableau de bord de gestion, Paris, Delmas.

 

GINGLINGUER Edith, 1990, Contrats de concession et comportements des opérateurs privés de services publics locaux, in G.R.E.P.-U.N.S.P.I.C., Performances des services publics locaux. Analyse comparée des modes de gestion, Paris, Litec, p. 203-241.

 

GIRIN Jacques, 1990, Analyse empirique des situations de gestion: éléments de théorie et de méthode, in MARTINET Alain, colI., Epistémologie et science de gestion, Paris, Economica, p.141-182.

 

Groupement d'Etude des Centres sociaux et du Développement Local (GRECDEL), 1989, L'Evaluation de l'action d'un Centre social dans le cadre d'un contrat de projet 1987-1989.

 

GUIGOU B., SECHET P.,1994, Evaluation dynamique du programme de développement solidarité de la Caisse des Dépôts et Consignations. Soutien aux Centres sociaux dans la création de services de proximité. Projet Centre social: acquisition de savoir-faire, Paris, C.S.T.B.

 

Informations Sociales, 1992, La Modernisation du service public, n° 21, Paris, C.N.A.F.

 

ION Jacques, 1991, Le Travail social à l'épreuve du territoire, Toulouse, Privat.

 

JOBERT Bruno, MULLER Pierre, 1987, L'Etat en action. Politiques publiques et corporatisme, Paris, PUF .

 

LAROQUE Michel, 1990, Politiques sociales dans la France contemporaine. Le social face à l'avenir, Paris, STH.

 

LAZEGA Emmanuel, 1994, Analyse de réseaux .et sociologie des organisations, Revue Française de Sociologie, XXXV, p. 293-320.

 

Lettre d'information de la FONDA, mai 1989, n° 64, Management associatif.

 

LUGAN Jean Claude, 1993, La Systémique sociale, Paris, PUF, QSJ n° 2738.

 

MARTORY Bernard, 1992, Les Tableaux de bord sociaux, Paris, Nathan.

 

MATTEIS (de) Ingrid, SABATIER Marion, 1992, Conception d'un outil analytique pour les Centres sociaux, IUT -A, Université Lyon 1.

 

MAZOYER Sébastien, TRICHARD Didier, 1993, Mise en place d'une comptabilité analytique au Centre Social Le Point du Jour, IUT -A, Université Lyon 1.

 

MELEZE Jacques, 1992, Approches systémiques des organisations. Vers l'entreprise à complexité humaine, Paris, éd. Organisation.

 

MENY Yves, THOENIG Jean-Claude, 1989, Politiques publiques, Paris, PUF, colI. Thémis.

 

MEVELLEC Pierre, 1990, Outils de gestion. La pertinence retrouvée, Paris, éd. Comptables Malesherbes.

 

Ministère des Affaires sociales, circulaire DIENESCH, 03/08/1970.

 

Ministère des Affaires sociales, circulaire DUFOIX, 14/03/1986.

 

MINTZBERG Henry, 1982, Structure et dynamique des organisations, Paris, éd. Organisation.

 

MOISDON Jean Claude, 1984, Recherche en gestion et intervention, Revue Française de Gestion, septembre-octobre, p. 56- 73.

 

MONNIER Eric, 1992, Evaluations de l'action des pouvoirs publics, Paris, Economica.

 

MONTMORILLON Bernard {de), 1989, Coûts de transaction, relation d'agence et marchés contestables : contributions récentes à la théorie des groupes industriels, Problèmes Economiques, n° 2.142, p. 10-16.

 

MULLER Pierre, 1990, Les Politiques publiques Paris, PUF, QSJ n° 2534.

 

Ouvertures, Hors-série n°1 l'évaluation, n°3 développement social/développement local, n°8 citoyenneté et vie associative, n°10 le Centre social, un espace de citoyenneté, n°12 Centres sociaux et problématiques urbaines, Fédération Nationale des Centres Sociaux et Socio-culturels de France.

 

PERRET Bernard, ROUST ANG Guy, 1993, L'Economie contre la société. Affronter la crise de l'intégration sociale et culturelle, Paris, Seuil.

 

PRETOT Xavier, 1985, La tutelle de l'Etat sur les organismes de Sécurité Sociale : aspects juridiques, Droit Social, n° 7-8, p. 592-608.

 

PRETOT Xavier, 1992, L'abrogation de l'agrément des conventions collectives applicables au personnel des organismes de Sécurité sociale, Droit Social, n° 7-8, p. 729-735.

 

RAUX Jean François, 1994, Managements et mutation, Futuribles, n° 187, p. 9-26.

 

Revue Française de Gestion, 1994, Dossier: l'apprentissage organisationnel, n° 97

 

Revue Française des Affaires Sociales, 1993, Modernisation et innovations dans les services publics, Paris, ministère des Affaires Sociales, n° 3.

 

Revue Française de Service Social (La), 1994, 50 ans de service social. Quelques repères, n° 173-174, Paris, A.N.A.S.S.

 

Revue Française de Sociologie, 1992, XXXIII-4, Organisation, firmes et réseaux.

 

REYNAUD Jean Daniel, 1989, Les Règles du jeu, l'action collective et la régulation, Paris, Colin.

 

ROSENBERG Suzanne, 1994, Services publics locaux, un espace de rencontre, Territoires, n° 349.

 

SAGLIO Jean, 1985, Ordre salarial et technologies: les négociations de classifications dans le système de relations professionnelles, Université Lyon 2-GLYSI, n°1.

 

SPENLEHAUER Vincent, 1992, Les Usages sociaux et politiques des outils formalisés des politiques publiques, IEP Grenoble/CEOPS-ENTPE.

 

THEVENET Amédée, 1994, Les Institutions sanitaires et sociales de la France, Paris, PUF, QSJ n° 2319.

 

WALLISER Bernard, 1977, Systèmes et modèles. Introduction critique à l'analyse de systèmes, Paris, Le Seuil.

 

WARIN Philippe, 1993, Vers une évaluation des services publics par les usagers ?, Sociologie du Travail, XXXVI-3, p. 309-331.

 

WATZLAWICK P., alii, 1972, Une Logique de la communication, Paris, Le Seuil.

 

DECOURT G., Economie & Humanisme, 1995